Twitch joue à Dark Souls. Enfin, il essaye.

Début 2014, TwitchPlaysPokemon faisait la une de mes flux RSS. Imaginez: des milliers de joueurs qui hurlent à l’unisson « Rah mais tu sais pas jouer, laisse-moi faire bon sang! » et prennent d’assaut les commandes d’une pauvre Gameboy en train de faire tourner Pokémon Rouge. Et qui, au bout de quelques semaines, arrivent à battre la Ligue. 

Vous n’arrivez pas à vous représenter l’exploit? Invitez tous vos amis et toutes vos connaissances, lancez un jeu sur votre console favorite (de plateforme, d’aventure, J-RPG, peu importe), et attendez. Un premier quidam finira par vous dire que « c’est pas comme ça qu’on fait », un autre « rah mais à gauche bordel », et enfin le plus impatient vous arrachera le pad des mains avec une considération très limitée pour vos phalanges. Statistiquement, au bout d’une demi-heure de jeu, c’est toute la maisonnée qui aura ses doigts sur les commandes, faisant avancer chacun à son idée l’amas de pixels qui sert de personnage principal.

Et malgré ce pugilat dans votre salon, au bout de plusieurs nuits blanches, ça y est: la cinématique de fin arrive, les crédits défilent, le jeu est fini. 

Depuis quelques jours, le principe a été repris pour un des grands jeux de ces dernières années: Dark Souls. Can twitch plays Dark Souls? L’instigateur de ce projet le sait: on ne peut être sûr de rien. Il est possible que jamais on ne voit la fin de cette aventure. Peut-être que Twitch arrivera à jouer. Peut-être pas.

Un seul joueur peut, avec de l’entrainement, finir Dark Souls dans n’importe quelle condition. Benjamin Gwin dit bearzly l’a prouvé: avec les instruments de Rock Band, les conga de Donkey Kong, des commandes vocales, c’est possible. Pourquoi on ne pourrait pas y arriver à plusieurs avec des commandes plus traditionnelles, me direz-vous? A cause du mécanisme du jeu.

Comme l’a si bien expliqué Moguri* à maintes reprises, Dark Souls et ses compères, ce sont des maîtres qui te donnent des coups de bâton quand tu fais une erreur. On croise un ennemi pour la première fois? On se fait rosser, on revient récupérer ses âmes, et on évite soigneusement le coup de tatane qui nous a été fatal cinq minutes plus tôt. Parce qu’on n’est pas con. Parce qu’on a appris. (C’est la théorie, bien sûr. Combien de fois le même squelette m’a copieusement maravé dix fois de suite parce que, je me cite, « bordel mais on fait comment normalement ça passe là pis il m’avait pas fait ça avant et roh merde ils sont deux, je vais jouer à Animal Crossing ça me détendra »).

Vous imaginez, vous, deux mille joueurs qui vont et viennent, et qui ont appris en même temps comment corriger ce vil tas d’os armé ? Qui arrivent à enchaîner, sans se concerter ou presque, les commandes nécessaires à une esquive suivi d’un gros coup de hache et d’une parade au bouclier ? Moi, pas.

Dans une dizaine d’années, que verra-t-on sur Can Twitch Play Dark Souls ? Un avatar avançant contre un mur, avec un menu apparaissant de temps en temps, pouf, comme si quelques joueurs cherchaient à quitter cette partie vouée à l’échec et à la frustration. Et pourtant, dans dix ans, je repasserai encore voir où on en est. Parce qu’au fond, je veux croire que ça marchera. Qu’on battra un boss. Que l’ordre peut naître du chaos pour réaliser quelque chose de symboliquement grand.

 

*Kévin Cicurel dit Moguri, rédac’chef de la section jeux vidéo de Nolife. En fouinant sur Noco, vous trouverez des numéros de Classé 18+ et des tests consacrés Dark Souls I et II ou Bloodborne où le sieur Moguri parle avec passion et talent des œuvres d’Hidetaka Miyazaki. Et abonnez-vous à Noco, au passage.